[MOTION] Pour des préaux d’école verts et vivants

sur proposition du Groupe Les Vert.e.s de Plan-les-Ouates,

le Conseil municipal de Plan-les-Ouates

DECIDE

par 17 oui et 3 abstentions,

De demander au Conseil administratif:

  1. D’étudier l’espace «préau d’école»à la lumière des enjeux climatiques et écologiques.
  2. D’étudier la possibilité de végétaliser et verdir ces espaces, notamment par le biais de plantation d’arbres et de buissons, ainsi que d’installer des revêtements clairs et perméables pour contribuer à atténuer la problématique vive des «îlots de chaleur» et développer la biodiversité.
  3. De présenter au Conseil municipal un plan de mise en oeuvre accompagné des délibérations nécessaires à sa réalisation;
  4. D’inscrire ces dépenses dans le plan des investissements 2022.

Exposé des motifs

Le réchauffement climatique est une réalité admise par une très forte majorité de la communauté scientifique. En Suisse la température a augmenté de près de 2.1 degrés depuis 1864, la plus grande partie de l’augmentation s’étant produite ces dernières décennies. Le nombre de journées estivales (plus de 25 degrés) a augmenté, le nombre de journées de gel (moins de 0 degrés) a diminué. Depuis le milieu des années 70 les glaciers alpins perdent chaque année en moyenne 1% de leur volume. La période de végétation a augmenté de plus de deux semaines depuis les années 60.

L’effet «îlot de chaleur» est très marqué dans les zones urbaines de la région genevoise. Il est donc urgent et nécessaire d’adapter notre espace de vie en multipliant, notamment, les espaces de fraîcheur.

L’arbre est un bien précieux en milieu urbain. Ses multiples rôles font de lui un dispensateur de bien-être social qui contribue à la beauté paysagère, valorise l’espace et assure une transition harmonieuse du minéral au végétal. Il permet aussi d’atténuer la chaleur et de créer, selon la manière dont il est planté et animé à sa base, un habitat pour de nombreuses espèces vivantes.

A Plan-les-Ouates, nous avons trois écoles primaires en activité, dont l’école intercommunale du Sapay. A l’exception de cette dernière, les logiques constructives qui ont présidé à leur conception ne tenaient pas, ou peu, compte des enjeux climatiques actuels. L’approche fonctionnelle et sectorielle de l’urbanisme moderne doit aujourd’hui, face à l’urgence climatique et environnementale, être repensée pour faire une place au systémique animé par les interactions et les fonctions mixées.

Théâtre d’une micro-société, le préau de l’école et son aménagement est un espace qui mérite toute notre attention. Lieu éducatif, récréatif, d’apprentissage social, il est, la plupart du temps, habité par les élèves et leurs proches.

Les écolières et écoliers de Plan-les-Ouates devraient pouvoir se mouvoir dans des espaces conviviaux, de qualité et agréables à vivre. Ombragés, verts, frais, ils devraient permettre l’observation du développement de la biodiversité dans les milieux bâtis.
En tant que Conseil municipal, nous sommes fréquemment en train de réfléchir pour apporter des plus-values sur les futurs quartiers en oubliant parfois le bâti existant. La discussion sur la future école du Rolliet en est l’exemple.

La surface de l’ensemble des préaux des écoles en activité est d’environ 10’500 m2 représentant donc un grand potentiel et une véritable opportunité d’amélioration bio-climatique.

Raison pour laquelle il est demandé au Conseil administratif d’étudier et de proposer à notre délibératif les possibilités pour les verdir par le biais de plantation d’arbres et de buissons, mais également la mise en place de murs végétalisés et de sols clairs favorisant le cycle de l’eau et la biodiversité. Cela permettrait, outre la nécessaire prise en compte des enjeux climatiques, d’être sensibles à l’équité de traitement entre les écolières et les écoliers des nouveaux quartiers et celles et ceux des anciens quartiers de notre commune.

Les enfants de ces écoles pourraient également vivre, sous réserve des programmes et projets d’école, une expérience éco-citoyenne en participant activement au processus de revitalisation de leurs préaux.

Les Vert.e.s de Plan-les-Ouates: Marco Solari,Marion Logean, François Haas, Teo Kutner, Dominique Tinguely, Pierre Torri

Les socialistes: Nathalie Ruegger, Glenna Baillon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *